The Vampire Diaries in New York


Entre dans l'univers de Stefan, Elena et Damon. Partiras-tu avec eux a New York ?



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Recherche de Tyler Lockwood, Matt Donovan et pleins d'autres PV.
Bienvenue sur The Vampire Diaries in New York
Le groupe des vampires est désormais fermé aux pv inventés !
Merci à Obsession27 pour ce nouveau design ♥️
N'oubliez pas d'aller voter pour le forum dans les TOP SITE (: ICI&ICI

Partagez | 
 

 Who are you ? [Katherine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Who are you ? [Katherine]   Lun 27 Sep - 19:57


Will you catch me, I'm falling ?

Il était 20 heures lorsque chez moi je me décidais finalement à me changer. J'attrapais une chemise noir large au niveau des épaules avant de l'enfiler en prenant bien soin de boutonner jusqu'au bout. J'enfilais un slim lui aussi sombre avant d'attraper mon pistolet à balle en bois que je faisais passé dans un mécanisme qui le faisait tenir sur mes côtés droite. J'attrapais un pieu que je faisais glisser sur mon avant bras pour le bloquer à l'aide d'un morceau de tissus dont je me servais habituellement, avant d'enfiler ma veste en cuir qui était extrêmement confortable. En plus d'être légèrement rembourré pour les nombreuses chutes que je faisais. Il fallait dire que se battre contre un vampire c'était pareille au combat de David contre Goliath. On se bat de toute ses forces, mais on final on est tout de même vachement désavantagé. Une fois prêt, j'attrapais une clope que je m'allumais avant de fermer ma maison tout en sortant dans les rues. Jusqu'à présent j'avais tenter de quadriller quartier par quartier. Secteur par secteur. Il était bien plus intéressant d'organiser mes chasses que de partir à l'inconnu. J'ai longuement cherché après des êtres de la nuit dans les ténèbres environnante de la forêt. A chaque pas que je faisais j'entendais encore les cris d'agonie que j'avais poussé en voyant ma fiancé vidé de son sang à même le sol. Je regrettais le passé. Je l'enviais. Je désirais tellement pouvoir y retourné que c'était blessant d'y pensé. Je me faisais violence pour continuer à suivre la trace que je venais de trouver. Il était compliqué de débusqué un vampire. Il s'agissait en effet d'une foule de petits indices qu'on doit comprendre et traduire en se laissant guider par son instinct. Mon instinct était ma seule arme. La seule chose dont je pouvais me servir afin de trouver ces êtres immondes.

Je dus passé des heures à suivre des traces avant de me retrouver face à un vampire. Celui-ci semblait affamer a voir la manière dont il me regarda une fois que je mis un pied sur son territoire. Le combat ne fût pas trop rude, le vampire semblait famélique et avait dû vivre reclus très longuement que pour être si faible. Il n'empêchait que j'avais été blessé à plusieurs reprise. Il m'avait propulsé contre un arbre et je m'étais écorché l'arrière du crâne contre de l'écorce. Sincèrement, tuer un vampire est une histoire plus de chance que de réel don. Certain jour je me lève en me demandant comment j'ai réussit à survivre alors que je me retrouvais face à ce qu'on pouvait considérer comme le plus haut dans la chaîne alimentaire. L'être supérieure qui d'un seul coup de pouce arrive à écraser tout le reste. Une fois le vampire mort je me laissais tombé sur le dos en serrant la cross de mon pistolet. Dire que je n'étais pas fait pour ça aurait été terriblement vrai. Seulement, la vengeance appelait à la vengeance. Je ne pouvais vivre sans avoir tuer la personne qui m'avait tout prit. Je ne pouvais sincèrement et je me révulsais d'être ainsi. Je me révulsais autant que je me disais que ce que je faisais était bien. J'attrapais une clope que je me mis à fumer tout en restant allongé quelque instant. J'avais un peu mal partout. Sans aucun doute j'allais encore être recouvert d'hématomes. Puis de coupures par ci par là. Je le savais bien, mais je m'en fichais. Ça ne faisait rien, c'était le prix à payer. Et si un jour ce prix serait celui de ma vie, je m'en fichais bien.

Je me levais tant bien que mal la clope au bec en tentant de retrouver un équilibre précaire. Il avait beau être faible, cet enfoiré avait réussit à salement me touché. Je sus tout de même retourné sur le sentier en fermant mon blouson en cuir. J'avais du sang séché sur l'arrière de mon crâne et mes mains étaient pleine de coupure. Je devais être en piteux état. Sûrement l'air un peu hagard. Heureusement que personne ne se promenait dehors à cette heure si. Il était quoi ? Minuit, non... Plus tard. Une heure. C'était bien ce que je disais, personne ne sortait à cette heure si ce n'était les vampires que je traquais. Bien qu'en piteux état, je ne comptais pas rentré chez moi. Ça aurait été lâche de ma part. De toute manière je n'aurais su retrouvé le sommeil. Ça m'aurait été impossible. Je le savais bien. Les cris, le sang, ça ne ferait que revenir me hanter si jamais je fermais les yeux. Alors, je luttais contre le sommeil. Contre mon pire ennemi qui anesthésiait mes sens et enlevait sa clarté au monde. Je luttais contre moi même et la bataille était rude. Mon corps à bout de souffle, fatigué, meurtri ne demandait qu'un repos mérité, mais je ne pouvais lui accorder. Je devais continuer. Encore un peu. Juste un peu. Le temps de le retrouver. De retrouver cet enfoiré qui l'avait prit.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Lun 27 Sep - 21:38

    21 heures - le soleil commençait tout juste à se coucher. Le commencement d’une belle journée étoilée pour notre espèce. Enfin surtout ceux qui vivaient encore la nuit sans une protection majeure contre le soleil. Juste quelques vampires avaient la chance de connaître cette pierre magique, la Lapis Lazulis et l’effet qu’elle produisait sur nous. Elle était protéger par un sort magique qui nous permettait de sortir même en plein jour comme un humain, cela nous permettait de nous confondre dans la masse. Heureusement pour moi, je possédais un collier qui avait ce don là et la chance pour moi de rester vampire, sans brûler sous les rayons du soleil non désirable sur ma peau douce et satinée.

    Me regardant dans ma coiffeuse après d’avoir finit d’enfiler mes talons aiguilles, je remarquais face au miroir éclatant que dans mon apparence rien n’avait changé depuis ma transformation. J’étais toujours aussi belle et j’étais enviée de nombreuses personnes. Beaucoup pensaient qu’être vampire était une chose fantastique, magique. Nous ne sommes enviés rien que pour l’immortalité mais encore la vie paraissait si vide si nous n’avions rien à quoi s’y attacher. En vivant pour toujours, nous perdions nos proches, notre famille au fur et à mesure et rien ne pouvait empêcher cela à part une seule chose : la transformation ! Un vampire pouvait oublier son humanité, sa peine ce qui était un avantage quand on voulait tout oublier …

    Déposant mes cheveux détachés sur mes épaules, je me trouvais en une seconde à l’entrée de mon manoir, ma veste en cuir enfilée. La vitesse était un avantage chez nous et j’adorais cela. Cela était surprenant et bénéfice si nous voulions nous protéger de nos ennemis car oui, nous en avions plusieurs. Il y avait les loups garous mais aussi les chasseurs de vampires qui connaissaient nos moindres faiblesses. Le dernier chasseur que j’avais connu était un homme de la cinquante qui avait tenté de me tuer mais malheureusement pour lui, il n’a pas échappé à mes crocs. Un vampire ne meurt pas comme ça croyez moi ! Wink

    Mon manoir se trouvant en bordure de la fôret, je me précipitais à grande enjambée à vitesse vampirique vers mon endroit préféré sans avoir l’intention de chasser. Mais une odeur me chatouillait le nez et je partis à sa recherche sans attendre. M’arrêtant quelque peu avant, j’entendis des bruits de lutte, de coups de fusil … Je compris bien assez tôt que cela ne pouvait être qu’un chasseur à cette heure là ! Grimpant sur un arbre, j’admirais le spectacle. Ce jeune homme savait se défendre malgré ses sales blessures que le vampire lui avait fait subir. Sentant l’odeur de son sang, je respirais profondément ! Après plusieurs centaines d’années, j’arrivais à me contrôler face à l’odorat et la vue de cet élixir si pur et délicieux. Voyant le vampire tombait à terre, j’attendis que ce jeune homme soit parti pour pouvoir savoir qui il avait tué. Le connais-je ? Peut être ce mystérieux combattant me servirait à tuer certains vampires indésirables de la société ? Un chasseur à mes cotés quelle belle affaire !

    Au bout de quelques minutes, je pus enfin sortir de ma cachette et sautait en face du cadavre que je reconnus et qui n’était autre que ce cher John … celui qui avait tuer une jeune fille tout juste vampire que j’avais sous ma protection. Ne perdant pas de temps à bruler le corps, je suivis ce jeune garçon ou plutôt son odeur qui semblait exquise.

    Voulant un peu m’amuser, je décidais donc de faire mon entrée. Courant à toute vitesse, je me retrouvais perchée sur un arbre attendant son arrivée pour faire mon apparition. Le moment venu, je sautais en un salto, atterrissant sur mes deux pieds avec délicatesse, accroupie. Me relevant d’un coup, les cheveux au vent, je vis un pieu pointait vers moi, prêt à le lancer.

    Un sourire narquois se dessinait sur mon visage, n’attendant pas une seconde, je lui volais son pieu entre les mains avec délicatesse et sans bruit. Reprenant ma place face à lui, je repris :

    - A ta place, je n’essayerai même pas de me tuer
    , jouant à faire tourner le pieu entre mes mains, le lançant en direction de lui pour finir sa course rapide dans l’arbre juste à côté de lui. Je souriais face à mon amusement.

    - Hum… je n’ai pas perdu la main. Je ne compte pas te tuer, ni me battre avec toi. Je suis venue te féliciter de ton meurtre de cette nuit. Cela m’a évité de le tuer de mes propres mains. Je me présente, Katherine Pierce ! et toi jeune homme quel est ton prénom ?

    Pour un chasseur de vampire, il était pas mal du tout. Le regardant de mon sourire de séductrice, j’attendais ses paroles. J’essayais d’être polie avec lui alors j’espérais qu’il allait en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mar 28 Sep - 16:26


Will you catch me, I'm falling ?

La forêt était un endroit dangereux. A chaque bruissement de feuille, à chaque branche qui craquait, je me trouvais à l'aguets. Mon ouie n'était pas aussi fine que celle d'un vampire, mon odorat et ma force non plus. Il fallait donc que je sois encore plus vif et aux aguets afin de pouvoir arriver à leur niveau . La nuit était calme, le vent léger et ma respiration un peu trop sifflante à mon goût. J'avais mal aux côtes et l'air qui rentrait dans mes poumons me faisait mal. Seulement je faisais avec. Je continuais à avancer, jusqu'à ce que j'entendes un bruit qui ne m'était pas familier dans cet endroit hostile. J'ai à peine eu le temps de lever les yeux au dessus de moi que pour voir une silhouette féminine se jeté dans le vide . La jeune femme fit un salto avant d'atterrir en souplesse et avec grâce sur le sol. Pendant ce temps j'avais pris le pieu qui se trouvait sur mon avant bras avant de le pointer vers elle. Tout humain normalement constitué se serait blesser avec pareille chute. Seulement il arrive que ce qui nous fait face ne soit absolument pas humain. Ou alors ne le soit plus. Sur l'instant je pouvais dire qu'il s'agissait d'une vampire, ça se voyait comme le nez au milieu du visage. C'était surtout l'instant qui me permettait d'être aussi sur que moi. Je serrais avec une force peu commune le pieu en bois qui se trouvait toujours dans ma main la menaçant avant qu'elle ne le me prenne avec une aisance déconcertante. C'était la première fois que pareille chose m'arrivait. Les autres vampires étaient ils donc assez stupide que pour me laisser armé alors qu'elle me désarmait avec une facilité sans pareille ? C'est alors que mon pieu dans sa main elle se mit à parler d'une voix envoûtante et à la limite suave. Je la regardais silencieux arrêtant ma main qui s'était instinctivement dirigé vers l'endroit où se trouvait mon pistolet.

-Vampire...

Dis-je entre mes dents, ma mâchoire carrer sous l'effet de la colère. Je ne pouvais toléré sa présence ni son assurance. Tout ce qu'elle arrivait à faire sur l'instant c'était me mettre hors de moi. C'est alors qu'elle lança le pieu en ma direction, je ne bougeais pas sachant parfaitement que je n'en aurais pas si c'était moins qu'elle visait. Seulement, au lieu de m'atteindre comme je pensais qu'il allait faire, le pieu alla se planter dans l'écorce de l'arbre juste à côté de moi. C'est alors qu'elle se mit à nouveau à parler. On aurait dit qu'elle voulait être gentille. Polie comme personne, elle me félicita de mon "meurtre". Je n'appelais pas ça ainsi. Pour moi c'était une victoire de la nature sur ces êtres immondes. Je devais avouer que même si elle avait un peu joué son entrée, elle semblait gentille. En tout cas elle n'avait rien fait pour me blesser ou me faire clairement comprendre qu'elle allait me tuer. Non, elle avait montré sa force pour que je ne sois pas hostile à mon avis. Devais-je répondre ou au contraire entamer un face à face. Je n'y survivrais pas, c'était certain, mais il y avait quelque chose d'étrange. Dans l'atmosphère, sa personne, tout. Je ne savais pas, puis elle ne m'avait donné aucune raison pour que je la tue. Même, elle m'avait dit que je lui avais évité de devoir tuer un autre vampire de ses mains. Jusqu'à présent on pouvait dire qu'elle était loin d'être hostile. Et bien que je m'en méfie toujours, elle pouvait être approché de la catégorie des gentils. Ceux qui en tout cas son contre l'existence des vampires. Du moins d'après ses propos c'était ce que j'en déduisais. Peut-être à tord. Finalement, je n'allais pas la faire atteindre. D'une voix encore froide mais toujours polie je dis :

-Karter... Ezéchiel Karter. A mes yeux il ne s'agissait pas d'un meurtre, juste de la nature qui reprends ses droits.

Sans en connaître la raison, je ne pu m'empêcher de lui faire un léger sourire. Le sien en tout cas était exquis. Mais qu'est-ce que j'étais en train de penser ? Puis pourquoi ma main se retrouvait elle à nouveau le long de mon corps et non plus sur la cross de mon pistolet ? C'était quoi cette folie qui me prenait et qui faisait que j'étais en train de parler avec une vampire. Avec l'ennemi ! Sincèrement je ne comprenais plus rien. Elle me donnait envie de m'enfuir, en même temps que de rester à côté d'elle. Comme un bébé tigre qu'on a envie de cajoler car il est mignon, mais qu'on craint car on connaît sa force. Un demi-sourire aux lèvres, je passais une main dans mes cheveux avant de retirer le pieu qui se trouvait planté dans l'écorce du tronc d'arbre derrière moi. Je du utiliser mes deux mains pour le retirer tellement il s'était enfoncé loin dans l'écorce. C'était toujours aussi effrayant de ce dire qu'une personne qui pouvait paraître tout à fait normal, possédait une tel force, tel rapidité et agilité. Le pieu à nouveau en main je lui faisais face, restant à distance ne souhaitant nullement me rapprocher je restais toujours sur mes gardes, bien que je sois trop détendu que pour être en pleine possession de mes moyens. Je croisais son regard et serrant avec plus de force le pieu sans pour autant la menacer je dis d'une voix calme et nullement acide :

-Si tu ne comptes pas me tuer comme tu dis, que fais tu ici a parlé avec moi ? Vous êtes tous pareille, non ? C'est mon sang qui t'as attiré, non ? Ce sera lorsque tu ne te contrôlera plus que tu me sautera dessus. Je ne crois pas qu'un vampire puisse me félicité d'avoir tué un des siens, c'est plus que surréaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mar 28 Sep - 18:14

    Continuant à le scruter du regard, il semblait réfléchi et pensif vu l’expression de son visage. J’avais bien réussi mon entrée apparemment. Fière de moi, je me souriais à moi-même. La délicatesse de chacun de mes mouvements était en moi même avant d’être un vampire mais j’adorais toujours autant soigné mes entrées même pour un chasseur de vampires. Cela lui montrait mon talent et peut être je me disais parfois qu’il me laisserait, ne me pourchasserait pas en voyant cela !

    Réflexion faite, un chasseur qui tuait un de mes ennemis pouvait être un avantage pour moi. Si j’arrivais à le convaincre que j’étais gentille, inoffensive pour les humains enfin du moins que je ne me nourrissais pas devant lui, il serait peut être d’accord de faire équipe avec moi pour éliminer quelques vampires dangereux qui perturbait mon plan d’attaque. Accepterait-il ? Il n’y avait plus qu’à me lancer, le séduire avec mon charme naturel et je verrais bien.
    Quand je voulais être gentille, je le pouvais mais une chose est sure c’est que quand je désirais quelqu’un à mes côtés j’arrivais toujours à mes fins. Mais par contre, s’il voulait vraiment me tuer ce serait la mort assurée pour lui ! L’observant, je vis ses mains ensanglantées encore, ce sang commençait à sécher. Il avait l’air sacrément amoché, ce vampire l’avait manqué de peu.

    Finalement il se présentait. Ce sang me donnait légèrement envie d’y gouter, c’était toujours une tentation pour nous de sentir l’odeur exquise du sang mais après de nombreux années on apprend beaucoup plus à se contrôler et même à contrôler l’expression de son visage, de sa transformation.

    - Karter... Ezéchiel Karter. A mes yeux il ne s'agissait pas d'un meurtre, juste de la nature qui reprend ses droits.

    Un rare prénom que je ne connaissais malgré mon âge. J’aimais beaucoup sa façon de penser. Après toi, nous les vampires étions des personnes de l’enfer. Nous étions immortels, sans cœur enfin pour la plupart. Nous adorions déposé du malheur sur cette Terre qui nous semblait fade sans un peu de cruauté, de tristesse autour de nous. Les humains étaient notre source, notre vie car sans leur délicieux sang si pur, nous serions tous obligés de se nourrir de malheureux animaux de la fôret. Eux, nous ne pouvions pas les hypnotisés comparé à l’espèce humaine.

    Voyant que sa main se trouvait le long de son corps et plus sur son pistolet comme elle se trouvait peu de temps avant, je lui fis mon sourire en coin, irrésistible. Il devait surement penser que j’étais comme tous les vampires, sadique et sanguinaire et que me parler était vraiment une chose étrange et qu’il devait surement se méfier de moi comme tous humains qui auraient un minimum d’instinct de survie en notre présence. Un rire silencieux me prit quand je le regardais enlever le pieu de l’arbre avec difficulté. Force, rapidité, délicatesse et surprise était les mots clés pour un vampire comme moi !

    Le pieu maintenant dans le creux de sa main ensanglantée, je gardais toujours confiance et ne me sentait aucunement en danger. Même quelques pas dans sa direction se fit ce qu’il le surprit à première vue.

    - Si tu ne comptes pas me tuer comme tu dis, que fais tu ici a parlé avec moi ? Vous êtes tous pareille, non ? C'est mon sang qui t'as attiré, non ? Ce sera lorsque tu ne te contrôlera plus que tu me sautera dessus. Je ne crois pas qu'un vampire puisse me félicité d'avoir tué un des siens, c'est plus que surréaliste.


    Je me sentais un peu insulté là ! Il avait tant de haine envers les vampires qu’ils ne voyaient même pas les gentils. Cette haine, pourquoi était-elle présente ? Un rapport avec un membre de sa famille qui avait été tué par un vampire ? Ou transformait ?

    Le scrutant un long moment, mémorisant le moindre de ses gestes, je répondis d’une voix sensuelle :

    - Sache, jeune homme que je sais me contrôler parfaitement sinon tu ne serais plus là, en vie devant moi. De nombreuses années d’expérience, de garder les humaines en vie font que j’ai le contrôle de la situation. D’ailleurs, tu devrais bander ses quelques blessures ? Si un autre vampire passe par là, ton sang l’attirera.

    L’air frais chatouillant mes narines, le vent dans mes cheveux, je repris :

    - Nous, les vampires ne nous apprécions pas tous. Tout comme vous entre humains quand il y a des conflits. Mais dis moi une chose, pourquoi cette haine envers nous ? Peu d’humains connaissent notre existence donc as-tu véçu un malheur pour vouloir nous tuer ? Pour ma part, je n’étais pas venu ici dans l’intention de chasser, j’étais venue me ressourcer dans mon endroit préférée ! Donc détends toi et arrête de bouger ce pieu, tu vas finir par te blesser !

    Gardant mon sourire et ma voix fluette sans la moindre méchanceté, j’attendais sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mar 28 Sep - 18:51


Will you catch me, I'm falling ?

Je devais offrir un spectacle étrange. J'étais pareille à une proie sans défense qui voyait le prédateur se lécher les babines à la vie de son futur repas. Je la regardais toujours, jouant légèrement avec le pieu dans mes mains. L'écorce avait entailler le bois que j'avais pris tant de soins à entièrement gardé parfaitement lisse. Mais voila qu'il était quasiment foutu. N'empêche que je continuais à jouer avec nerveusement. Je n'étais pas totalement a l'aise avec Katherine... Je l'appelle par son prénom en plus. Mais je deviens fou. Ce n'est pas possible. Je me devais de garder à l'esprit ce que j'avais toujours eu en face de mes yeux et qui était l'unique vérité valable : les vampires sont des êtes immondes et assoiffé de sang. La regardant dans les yeux je soutenais son regard comme si elle me mettait au défi et que je le relevais. Je savais parfaitement qu'avec une confrontation j'allais me retrouvé mort plus tôt que prévu. Mais j'étais là , en face d'elle à la regarder une arme dans la main sans pour autant la retourné contre elle. J'étais tout bonnement fou, ou alors suicidaire. Lorsqu'elle me dit que je devrais couvrir les blessures qui se trouvaient sur mes mains. Je devais avouer qu'elle avait raison, mais même les mains bander il y avait des chances qu'on puisse me pister de très loin. J'écoutais tout de même son conseil en déchirant le bas de ma chemise. Celle-ci désormais déchiré laissait voir le bas de mon torse et quelques ecchymoses qui s'y trouvait à cause de mes derniers affrontements. Le vent soufflais dans mes cheveux et sur mes vêtements. Contrairement aux vampires je ressentais bien le froid. Il faisait frisquet pour ce milieu de nuit et j'étais bien content d'avoir ma veste, bien que désormais je me retrouvais avec une chemise ouverte sur mon torse.

Ce qu'elle me dit par la suite me troubla un peu. Ok, nous humains on avait des problèmes parfois avec d'autre de notre espèce, seulement on ne tuait pas pour autant. On était assez civilisé que pour régler nos problèmes, ou alors assez con que pour les évité. Faire semblant et continué à vivre chacun de nos côtés. C'est alors qu'elle posa une question qui faisait mal. Le genre de chose qui vous donne envie de rentré chez vous pour ne jamais en sortir. Seulement je ne pouvais pas fuir. Pas sur le coup, pas alors que je me trouvais face à un vampire. Mais qu'est-ce que je faisais déjà ? J'étais en train de converser comme si de rien était avec mon pire ennemi. Serrant légèrement les dents, je rangeais le pieu dans une poche avant de relever les yeux vers Katherine sans pour autant répondre. Je ne savais pas ce que je voulais. Répondre, me taire. M'enfuir, me cacher de tout. Du reste du monde. Des humains, des vampires, de l'horreur qui suintait par chaque pores de cette pauvre planète ? Je n'en savais rien, j'étais perdu en moi même et avoir un vampire proche de moi ne m'aidait pas à me calmer. Le nombre de pensées qui se bousculaient dans ma tête était effrayent. Je respirais calmement alors que je décrivais la jeune femme face à moi. Très jolie, elle semblait sur d'elle, mais en même temps sympathique, accueillante. Je ne savais pas ce qui m'arrivait, si l'heure tardive avait un impacte sur mon humeur. Si mon manque de sommeil empêchait à mes idées d'être clair ou si j'avais besoin d'une piqûre de rappelle pour que ma haine gonfle à nouveau contre cette espèce démoniaque. D'une voix sans ton je dis finalement détachant chacun de mes mots avec une froideur que je ne me connaissais pas encore.

-Ma fiancé et mon futur enfant se sont fait tué pour servir de repas à un vampire. Je ne nommerais pas cela de malheur. J'aurais dû faire plus attention, lire entre les lignes.

Je la regardais encore quelques instants dans les yeux avant de finalement décidé de bouger. Si elle voulait me tuer elle n'avait qu'à le faire. Il me fallu quelques instants pour arriver à reprendre sur mon corps qui était douloureusement tendu. Je fis d'abord un pas vers la droite sans la quitter des yeux avant d'en faire un autre. Elle aurait pu m'égorger là. M'étriper et se nourrir de mon sang en me tuant à petit feu. Se plaisant à répandre en moi cette douleur qui signifierait ma fin. J'en ai rien à faire. Absolument rien. Si je ne peux retrouvé celui où celle qui l'a tué je m'en fiche. Je n'ai besoin de rien d'autre que ça. Arriver à expier ma peine, ma honte par l'absolution de ce pécher en me vengeant. La vengeance n'est pas une solution. Ça ne me la ramènera pas. Sans aucun doute que ça ne changera rien. J'aurais toujours aussi mal au fond de moi. J'aurais sûrement toujours l'impression d'avoir mal réagit au mauvais moment. J'aurais dû courir plus vite. Ne pas la laisser s'en aller. La attraper. La retenir. Seulement ce qui était fait était fait. Je me retrouvais face à une vampire, et ça me semblait tout à fait normal. J'étais habitué à ce qu'on ne devrait pas pouvoir s'habituer. Je me faisais à tout. La douleur, la peine, la peur, la mort. Comme si de rien était. Et voila que je n'avais même plus peur de la mort. J'allais peut-être mourir. J'allais peut-être survivre. Je n'en savais absolument rien. Je savais juste que comme d'habitude ça ne me faisais absolument rien. Pour elle, je ne savais pas ce qu'elle pensait, ni même ce qu'elle comptais faire de cette rencontre. De cette discussion. Je ne pouvais savoir ce qui tournait dans sa tête. Et j'avais l'impression de le savoir, pourtant, ses actes et paroles ne correspondait pas avec l'image que je me faisais des vampires.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mer 29 Sep - 13:54

    Continuant de le regarder avec mon sourire charmeur, je me demandais ce qu’il pouvait bien se passer dans sa petite tête. Lui faisais-je peur ? Pourtant je ne lui avais pas encore montré mon véritable visage sous forme de vampire mais bon à part les crocs, mon visage restait le même. Le nuit était plutôt fraîche aujourd’hui et heureusement pour moi que je ne craignais plus le froid. Il y a des moments que j’aimerais sentir encore ma peau réagir à plusieurs sensations comme le froid, le soleil contre ma peau sans avoir peur de brûler à son contact, les gouttes froides de la pluie dégoulinant sur mon visage, tout ceci s’effaçait en étant vampire. Nous ne craignons aucun temps mise à part l’éclat du soleil dans la journée.

    Entendant un craquement derrière moi, je me retournai vivement et scrutait les bois d’un rapide coup d’œil. Je ne percevais rien, cela devait être un animal qui passait près de nous. Me retournant vers le jeune chasseur à nouveau, je remarquais en le regardant attentivement qu’il avait déchiré un bout de sa chemise au fond de celle-ci. Finalement, même venant d’un vampire, il avait suivi mon conseil. Je ne devais pas être aussi méchante qu’il le pensait sinon il ne m’aurait pas écouté. Mon regard descendit sur son torse musclé qui je dois dire était bien sculpté. Faisant une légère grimace, je constatais qu’il avait plusieurs blessures surement dû à plusieurs combats différents.

    Ne pouvant pas m’empêcher d’ouvrir ma bouche pour protester, je répondis d’une voix douce :

    - Je dois dire que tu m’impressionnes. Tu as l’air de souffrir de tes blessures, d’être fatigué et tu es encore debout devant moi. Tu sais que même un chasseur à droit à sa journée de repos. Si tu continue comme ça, le prochain vampire que tu croiserais ne fera qu’une bouchée de toi vu dans quel état tu es maintenant !

    Ne disant plus un mot, je restais sur mes gardes au cas où il voudrait vraiment me tuer ce qui me semblait peut probable à ce moment même. De toute façon, j’avais beaucoup plus de force que lui à ce stade du jeu mais aujourd’hui était ma journée de bonté et s’il voulait se battre ou m’affronter, je riposterais et gouterait juste son sang par plaisir. Ce jeune homme avait l’air bon au fond et sensible ce qui m’attirait pour le garder en vie d’une certaine manière. Même le transformer ne me dérange aucunement. Un nouveau partenaire à mes côtés sera l’idéal.

    Il me vint à l’esprit que ma question au sujet de son acharnement sur notre race n’avait pas été encore répondu. Gardant ma position, j’eus enfin ma réponse. Sa voix n’était plus froide que tout à l’heure sauf que maintenant ses propos devenaient réels, d’une voix monotone. Il n’avait pas oubli le passé et surtout la scène qu’il avait dû voir et ressentir encore aujourd’hui, devant moi.

    - Ma fiancé et mon futur enfant se sont fait tué pour servir de repas à un vampire. Je ne nommerais pas cela de malheur. J'aurais dû faire plus attention, lire entre les lignes.

    Sa dernière phrase me fit me questionnait. Je ne pus m’empêcher de demander à mon tour

    - Je suis désolée pour ta fiancée. Je comprends que tu es de la colère dans ton cœur. Excuse ma curiosité, mais pourquoi dis-tu que tu aurais dû faire plus attention ou lire entre les lignes ? Etais tu chasseur avant cet incident ?

    Tout humain normal aurait fuit en se retrouvant face à un vampire. Mais lui ne semblait pas plus effrayer que ça malgré qu’il veuille notre mort à tous. LA peur, la souffrance, même la mort ne se lisait pas sur les traits de son visage. Il semblait fermé comme un oiseau dans une cage. La mort d’un être cher pouvait changer une personne du jour au lendemain à tout jamais.

    Inclinant la tête légèrement vers la droite, je le regardais bouger vers la droite faisant un pas puis un autre. Je ne bronchais pas de ma place, perdue dans mes pensées tout comme lui. J’aurais pu le tuer tout de suite ce que je ne fis pas car je savais qu’il voulait me faire confiance mais une autre part de lui, sa conscience, lui disait de se méfier des vampires et surtout la fille qui était en face de lui. J’étais peut être douce mais je n’en restais pas moins manipulatrice et séductrice. Mais il ne fallait pas m’en vouloir, depuis mon plus jeune âge j’étais comme ça et rien ne pouvait me faire changer ou à part peut être quelqu’un …
    Malgré tout, j’étais curieuse et je voulais bien l’aider à trouver l’assassin de sa fiancée si cela me permettrait par la même occasion de tuer quelques vampires de passage.

    Tapotant légèrement mon talon sur la terre légèrement humide, je savais que je n’aurais pas dû venir ici avec mes escarpins. *Foutu saleté ! * Faisant une légère moue, je relevais la tête vers lui et lui dit :

    - Tu sembles perdu dans tes pensées Ezéchiel ! Mais rassure-toi, je t’ai dit que je te tuerais pas et je tiens mes promesses avec mon sourire charmeur.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Ven 1 Oct - 19:09


Will you catch me, if I'm falling ?

Je pouvais bien avouer que j'étais à bout de souffle. Je ne devais pas avoir l'air bien effrayant. Mes cheveux était en bataille, les morceaux de tissus que j'avais mis sur mes mains devaient sentir le sang. J'étais couvert de coup bleu et si ça continuait je n'aurais même plus la force de tenir debout. Je faisais figure pale face à tout vampire, quel qu'il soit. La remarque qu'elle me fit me piqua un peu à vif dans mon orgueil. Certes je n'étais pas dans ma meilleure forme. Je devrais essayé de dormir, Pourquoi pas arrêté les cours histoires d'avoir plus de temps pour me reposer. Prendre des vacances afin de souffler. Seulement je n'avais pas le temps. Si je faisais ça, combien d'autre seraient tué ? Combien d'humains laisserais-je mourir par simple désir de me reposer ? Et puis, au contraire si je ne me reposais pas, ne me laisserais-je pas mourir encore plus rapidement. Je me conduisais à ma perte prétendant que je ne pouvais laisser le reste du monde se débrouiller seul. J'étais hypocrite, je me mentais à moi même comme si ça allait changer quelque chose que je crois ou non en ma cause. Comme si je pouvais sauver le monde ! Il s'agissait de... C'était juste impossible ! Tentant de rester stoïque face à ses propos ainsi que maître de moi je respirais calmement avant de lui dire :

-Je me reposerais demain. Puis les humains ne sont pas aussi fragile que ce que tu ne le pense !

Enfaîte, si . Nous étions tout à fait aussi fragile que ce que chaque vampire pouvait bien penser. Comparé à nous il était incassable. Intouchable. Nous étions si fragile. Un coup de vent et nous tombions malade. Une mauvaise chute et nous nous cassions quelque chose. On pouvait même se tordre le coup. Enfin, je ne voulais plus pensé à ça. C'était déprimant. Surtout que je savais parfaitement bien que le lendemain je ne changerais rien à mes habitudes mis à part si quelque chose me poussais à le faire. Soupirant j'abandonnais l'idée de me battre. L'idée d'essayé de la tuer, l'idée même de pouvoir lutter contre moi même. J'avais besoin de dormir, de sommeil, de trouvé quelque chose à faire pour empêcher de voir dans chacun de mes cauchemars cette couleur vermeille. Je restais longuement silencieux avant de répondre à sa question en lui avouant la mort de ma fiancé et de notre enfant. J'aurais aimé changé les choses. Revenir en arrière, pouvoir faire quelque chose. Seulement il était trop tard. Bien trop tard que pour tenter quoique ce soit. J'avais tout foiré et désormais je ne pouvais que me blâmer de ne pas avoir fait tous ce qui était en mon pouvoir pour la sauver. Le fait que Katherine se dise désolé pour moi me perturba. Comme si un vampire pouvait avoir un coeur ! C'était tout de même une personne de son esp!ce qui me l'avait prise. J'avais perdu bien plus que ce que je ne pensais pouvoir perdre. Je me croyais invincible à l'époque. Inatteignable a des années lumières de toutes les personnes qui me voulaient du mal. C'est seulement maintenant que je me rendais compte à quel point j'étais fragile. Un coup bien placé et je me retrouvais en mille morceau. En échec et mat avec l'impossibilité de recommencer une quelconque partie. Je me rendais bien compte de l'inconsistance de la vie humaine. Elle me posa une nouvelle question à laquelle je ne trouvais rien à redire. J'avais déjà dit le plus important. De ce fait je n'avais rien à cacher. Plus rien qui ne puisse me blesser en tout cas. Je ne répondis que dans un murmure sans aucun doute à peine audible pour un humain à cause de ma culpabilité :

-Non, je l'ai juste laisser partir à cause d'une dispute... Tout ça a cause d'une dispute.

Je m'en voulais. Bon dieu qu'est-ce que je m'en voulais. Et chaque nuit, lorsque je me réveillais en sursaut. Lorsque je la voyais dans mes cauchemars que je revoyais son sang. J'étais perdu. Perdu entre deux mondes. La vie, la mort. Je ne savais plus où je devais aller. A quel endroit j'appartenais. Alors je continuais de marcher la nuit, chasser ceux qui dans un souffle pouvait balayer ma vie comme si je n'avais jamais existé. Marchant sans faire attention à Katherine je ne pu m'empêcher de me dire que je n'avais plus rien à perdre. Même ma tête je l'avais perdu. Je devenais fou à parler ainsi avec une vampire. A presque lui tourner le dos sans faire plus attention à ma personne que ça. Je ne pu m'empêcher de la regarder alors qu'elle m'interpellait à nouveau, me disant qu'elle n'allait pas me tuer et qu'elle tiendrait promesse. Dans un élan de je ne savais trop quoi je lui dis ma voix laissant paraître ,plus que ce que je ne l'aurais désiré, mes sentiments :

-Pourquoi tu ne va pas me tuer ? Ce serait tellement simple pour toi ! Qu'est-ce qui t'en empêche ? A moins que... tu fais parti de ceux qui se considèrent comme gentil ? Les vampires à qui ont peut faire confiance et qui ne tue pas les humains ? C'est ça ?

Mon visage n'était absolument plus neutre. Même, j'étais sur qu'il laissait paraître trop facilement ce que je pensais vis à vis de ces vampires là. Le fait que je pouvais les supporters et que j'arrivais presque à arriver à les admettres entant qu'être vivant. J'étais vraiment devenu fou à force. Un vrai maboule ! Ma parole je n'avais plus rien à perdre, mais je n'avais pas à être aussi cinglé pour autant. Qu'est-ce qui m'arrivait bon sang ?
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Dim 3 Oct - 17:35

    - Je me reposerais demain. Puis les humains ne sont pas aussi fragile que ce que tu ne le pense !

    Je devais bien admettre que ce jeune homme était courageux pour vouloir tuer des vampires, notre espèce. Sa haine, son malheur se lisait sur les traits de son visage. Il avait perdu sa fiancée, son enfant à cause d'un des nôtres, de sa faim. C'était une tragédie qui souvent laisser place à la vengeance. Il était devenu chasseur pour apaiser sa tristesse, sa culpabilité. Pour lui, tuer des vampires c'était rendre à la nature ce qu'elle avait fait de mauvais dans ce monde faits d'humains m'avait-il dit peu de temps avant et il n'avait peut être pas tord sur un point. Après tout, toute existence, toute race était né grâce à "mère nature".

    Sa réponse me revint à l'esprit et je riais intérieurement à ce propos. Les humains ..."pas fragile" cela était impossible. Ils était les premiers à se faire mal, a être faibles, peureux comparé à nous autres. C'était le jour et la nuit ! Ne disant rien de plus à ce sujet, ne voulant pas protester, je l'entendis respirer. Levant la tête vers son visage, lui souriant légèrement, je me demandais bien ce qu'il se passait dans cette chère petite tête ? Voulait-il encore me tuer ? Ou me poser encore des questions sur ma vie de vampire ? Enfin pour l'instant je dois dire que c'était moi qui jouait la carte de la curiosité !

    - Non, je l'ai juste laisser partir à cause d'une dispute... Tout ça a cause d'une dispute.

    Je n'aurais pour rien au monde voulut être à sa place. C'était une chose horrible de perdre ses proches, sa famille et encore plus pire son bien aimé, même pour moi qui vit depuis des centaines d'années, je me rappelais encore qu'au début, après ma transformation rien n'avait été facile. Voir disparaître les membres de sa famille un à un ... Et pour lui, sa peine, sa douleur était sa vie quotidienne. Il devait se sentir coupable de sa mort mais après tout, il n'aurait surement pu rien changer à la situation. Pire encore, il serait peut être mort avec elle en voulant la sauver des griffes de ce vampire. D'ailleurs le connaissais-je ?
    Maintenant que je connaissais un bout de son histoire, j'allais devoir enquêter sur ce mystérieux tueur !

    Levant la tête, au ciel, je pouvais voir l'éclat de la lune éclairée mon visage d'ange. C'était la pleine lune aujourd'hui. Restant à ma place, je lui répondis :

    - Tu dois terriblement tant vouloir pour en faire des cauchemars n'est ce pas ? Ta peine se devine sur ton visage quand tu parles d'elle, de ce moment douloureux. Mais il ne faut pas t'en vouloir. Tu n'aurais rien pu faire pour la sauver si ta fiancée était traquée, ce vampire à vu en cet occasion, la chance de pouvoir l'avoir pour lui. Il ne devait pas savoir se contrôler vu qu'elle est morte malheureusement !


    Entendant sa respiration s'accélérait légèrement, je me demandais s'il était au courant pour les loups garous. Mais une chose est sûre c'est que s'il y avait un loup dans les parages, il me flairerait rapidement et me pourchasserait. Sachant qu'une morsure de leur espèce était mortelle pour nous, je devais ne pas rester très longtemps dans le coin pour ma sécurité.

    M'avançant légèrement de lui, je posais ma main sur son épaule car je savais qu'il ne broncherait pas, je lui souriais, reprenant avec insistance pour qu'il comprenne le danger qu'il pouvait y avoir dans ses bois.

    - Tu sais, les vampires ne sont pas les seuls à être dangereux dans les environs. Reste bien sur tes gardes dans la foret surtout les soirs de pleine lune. Après tu fais ce que tu veux mais c'est juste un conseil que je préfère te dire !

    Me reculant légèrement, restant éclairée de nouveau par la lueur de la lune, je pouvais voir son amertume sur moi qui se lisait dans son regard à cet instant ainsi qu'au son de sa voix. Moi aussi je voulais qu'il me fasse confiance.Pénétrant mon regard dans le sien sans l'hypnotisait par contre, je vis ses lèvres bougeaient ce qui me rendit attentive, prêt à l'écouter.

    - Pourquoi tu ne va pas me tuer ? Ce serait tellement simple pour toi ! Qu'est-ce qui t'en empêche ? A moins que... tu fais parti de ceux qui se considèrent comme gentil ? Les vampires à qui ont peut faire confiance et qui ne tue pas les humains ? C'est ça ?

    Restant fixer dans son regard, je lui répondis calmement en souriant :

    - Pourquoi veut-tu tant que je te tue ? Tous les vampires ne sont pas forcement tous cruels crois moi ! Si je te tuais maintenant, cela prouverait que je fais parti des méchants, des sadiques sans respect pour les humains qui les vident de leur sang ce que je ne fais pas depuis des années. Je t'avoue que j'ai déjà tuer mais plus maintenant ! Sache que je suis digne de confiance avec les personnes dont j'ai confiance.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Lun 4 Oct - 18:39


Will you catch me, if I'm falling ?

La tristesse qui m'éprenais alors que je pensais à cette soirée où j'avais perdu une bonne partie de tout ce que j'avais. Celle qui aurait dû être l'amour de ma vie. L'enfant que j'aurais aimé chérir et éduqué pour en faire mon héritier. Tout cet avenir qui se profilait et qui finalement n'avait rien donné. Je m'en voulais. La rancoeur qui pourrissait mon coeur me retournait l'estomac de temps à autre. Alors qu'elle retournait le couteau dans la plaie. Me disant que je devais m'en vouloir, me demandant si je devais en faire des cauchemars, je levais les yeux vers la lune. Compagne de mes insomnies. De mes nuits passé a ressasser ces quelques secondes qui avaient tout changé. Ma peine se voyait sur mon visage lorsque je parlais d'Emma. L'aurait juste manqué que j'ai l'air joyeux. Je ne pouvais pas être joyeux. Je n'avais rien pour être heureux. La seule chose qui me tenait en vie c'était bien ce désir. Ce but que je tentais ardemment d'atteindre et que j'étais prêt à tout pour atteindre. Je me fichais du reste. Je me fichais de ma vie. Je me fichais de l'amour. De tout ce qui aurait pu m'aider à me sentir mieux. Il était trop tard pour moi. Pas pour les autres. Je pouvais gâcher ma vie, je pouvais la détruire à petit feu. Me voir brûler, me consumer alors que je me battais pour une cause perdue. Seulement, si je faisais tout ça c'était pour les autres. Pour moi. Ce désir que j'avais de tous les exterminer. De me sentir au bord de la mort. La côtoyer, la frôler et en rire. Ma vie était horrible. Lorsque mes yeux trop lourd se fermaient d'eux même je souffrais. Je ne voulais pas voir mes songes, ils me faisaient peur eux aussi. J'étais fait pour l'obscurité, pour me faire ronger par les ténèbres de mon coeur. J'aurais pu devenir mauvais, jouer le jeu dans l'autre sens, seulement je donnais à sens à ce qui m'arrivait en me détruisant pour sauver d'autre.

-Bien sur que j'en fais des cauchemars. Je ne serais pas te dire quand j'ai réussit à fermé l'oeil sans me réveiller en sueur espérant que tout ça n'avait été qu'un mauvais rêve... Puis pourquoi est-ce que je parle de ça, t'es loin d'être ma psy !

Je ne connaissais rien des autres créatures qui peuplaient notre terre. Je savais que les vampires étaient des êtres immonde et détestable, mais je n'avais jamais côtoyer que cela. Alors qu'elle me parlait du fait que les vampires n'étaient pas les seuls être dangereux, surtout les soirs de pleines lune je faillis rire jaune avant de lui demander si on allait pas avoir un gros louloup qui allait sortir des sous bois. Ne me donnant pas la peine, mais n'en pensant pas moi je m'étais déplacé. N'en pouvant plus je n'avais finalement pas su me retenir plus longuement. Je lui demandais alors pourquoi elle ne comptait pas me tuer. Ce qui l'en empêchait, puis si elle n'était pas gentil. Enfin ça paraissait tellement puéril. Un vampire gentil... puis quoi encore ? Un esquimaux qui fait du surf. Je devenais de plus en plus con et fou avec le temps. Ça en était pitoyable. Je me disais que ça devait être la fatigue, mais ça ne pouvait être que ça. L'écoutant se défendre j'avais un arrière goût amer sur la langue. Comme si ses mots sonnaient faux. Pourtant j'y croyais. Je voulais y croire. Sincèrement, de tout mon coeur. Je désirais vraiment me croire. Espéré qu'on puisse changé la tendance. Il y avait des êtres humains bons, d'autres méchants. Pourquoi est-ce que des vampires ne pourraient pas être eux aussi gentil ? Ça me paraissait tellement surréaliste que j'avais du mal à digéré ce qu'elle me venait de dire. C'est sans doute pour cette raison que je m'abandonnais finalement à son explication. Certain d'être trop suspicieux à cause de ma haine maladive vis à vis des vampires. Peut-être que j'aurais dû écouté mon instinct. Comme je le faisais tout le temps. Peut-être que ça ne servait à rien de retourner ces questions inlassablement dans ma tête. Levant les yeux vers elle en lui souriant très très légèrement, à peine l'esquisse d'un sourire. Je lui dis d'une voix calme :

-Je ne pense pas avoir fait quoique ce soit qui fasse de moi un être digne de confiance. Tu n'es dans ce cas pas digne de confiance ?

On pouvait lire sur mes traits, en plus de la fatigue et de cette lassitude du monde, que je dais la chose plus pour rigoler et le plaisir de chercher une confrontation verbale, que pour sa réelle signification. Je n'étais pas prêt à lui sauter dans les bras. La traité comme une amie. Ou quoique ce soit dans le genre. Mais je pouvais bien la supporter. J'arrivais bien à survivre à quelques vampires qui se prenaient pour de véritable lycéens la journée, J'étais bien capable de ne pas agresser Katherine sans raison. Surtout que jusqu'à présent à part se faire un peu d'inquiétude pour ma santé et les possibilités que j'avais de me faire attaqué par "d'autres choses" elle ne m'a laissé paraître aucun côté obscurs à sa personnalité. Elle devait être une reine de la manipulation, ou bien alors elle jouait franc jeu. Je pouvais bien la croire. Mais je devais avouer que la croire aveuglement, et sans avoir cette peur instinctive, me paraissait totalement impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Lun 11 Oct - 14:49

    - Bien sur que j'en fais des cauchemars. Je ne serais pas te dire quand j'ai réussit à fermé l'œil sans me réveiller en sueur espérant que tout ça n'avait été qu'un mauvais rêve... Puis pourquoi est-ce que je parle de ça, t'es loin d'être ma psy !

    Le regardant comme choquée de sa réponse, je soupirais sans broncher de ma place. Ce jeune homme était non loin d’être ennuyeux. Tout en lui était noirci par la haine, la tristesse de sa bien aimée et j’admirais son courage, sa détermination pour les autres. Il voulait épargner aux autres humains ce qu’il avait vécu. S’il était un vampire, toute sa peine se serait peut être envolé mais je préférais rien dire à ce sujet. Cela dit, malgré sa froideur pour moi, je pensais qu’il avait besoin de parler à quelqu’un, de se confier. Je ne pense pas qu’il aurait pensé dire cela à un vampire, d'énumérait sa vie, son passé et son échec face à un membre de notre espèce.

    - Tu as peut être besoin de parler à quelqu’un ! De te confier et j’étais là pour t’écouter ! avec un léger sourire.

    Son visage paraissait fermé et sans expressions mais à l’intérieur qu’en était-il vraiment ? Au fond de moi, je savais manipuler les personnes, les faire douter, les hypnotiser sans le moindre remord surtout auprès de mes victimes mais avec ce chasseur, rien de tout cela pouvait être fait. Il avait surement de la verveine sur lui ce qui ne me faisait pas spécialement peur vu que je résistais à cela. Il n’avait plus de pieu sur lui vu ce que j’en avais fait un peu plus tôt … alors que lui restait-il ? Il ne pensait plus m’attaquer et moi non plus. Relevant mon regard une fois sur la lune puis une seconde après vers les sous bois, j’essayais d’identifier s’il y avait quelque chose de suspect dans cette foret couvert par la lueur de la lune et un léger brouillard.

    - Je ne pense pas avoir fait quoique ce soit qui fasse de moi un être digne de confiance. Tu n'es dans ce cas pas digne de confiance ?

    Baissant mon regard vers lui, je le regardais surprise. Avait-il des doutes sur mes propos d’avant. Je lui avais pourtant bien expliqué. M’avançant vers lui, je répondis en souriant :

    - Je suis une personne qui accorde sa confiance à condition que l’autre aussi fasse pareil. Certains pensent que je ne suis pas digne de confiance, d’autres l’inverse. A toi de voir si tu peux me faire confiance mais sache une chose, c’est que si j’aurais voulu te tuer, je n’aurais même pas pris la peine de faire les présentations surtout que tu es un chasseur et moi le vampire.

    Il semblait fatiguer, exténué. Et ses blessures semblaient le faire souffrir légèrement. Le regardant un instant, je répondis, ayant capté un bruit de pas dans les sous bois.

    - Nous ne devrions pas rester ici … Viens, Ezéchiel, marchons ! Tu n’es pas venue à pied jusqu’ici quand même parce que vu l’état où tu es, cela m’étonnerait que tu restes debout longtemps.

    Attendant qu’il arrive à mon côté, laissant une limite entre nous d’un mètre, je m’avançais sans bruit vers le chemin du retour qui revenait vers la civilisation. Je n’avais pas besoin de lumière pour m’éclairer ce qui n’était pas le cas pour ce jeune chasseur. Le guidant par moment, je ne voulais pas qu’il tombe pour ensuite que la faute me retombe dessus. Arrivant enfin, quelques lumières au loin, je souriais.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mar 12 Oct - 17:42


Will you catch me, if I'm falling ?

Je me flagellais mentalement de ma stupidité. Qu'est-ce qui m'avait bien prit pour que je me confie à un vampire ? Un de ces cèlera ? Cependant, je ne pouvais m'arrêté. C'était plus fort que moi. Le coeur lourd j'en avais gros sur la conscience et je ne pouvais resté ainsi plus longtemps. Mes lèvres laissaient s'échappé des informations précieuse. Alors qu'à chaque nous pas en sa direction j'avais l'impression de faire une erreur. Immobile, il n'empêchait que dans un certain sens je m'approchais de plus en plus d'elle. Comme si j'ouvrais mon coeur et que mon âme à nu je la laissais voir chacune des séquelles que ce traumatisme avait causé en moi. Elle me dit que j'avais sûrement besoin d'en parler, de me confier à quelqu'un et qu'elle était là. J'aurais pu me confier à n'importe qui. Enfin, pas n'importe qui. Je ne pouvais pas en parler à la majorité des humains normaux que je connaissais et je ne voulais aucun lien avec les vampires. Je n'avais qu'à en parlé à une fenêtre, une porte, un mur, une peluche ? Je m'en foutais, mais je n'avais rien à dire à un vampire. Et cette rage que je nourrissais à leur égard grossissait plus je me rendais compte de la chose. Pourtant je ne pouvais effacé les yeux si troublant de Katherine; Sa façon d'être qui semblait chaleureuse. Comme l'est la lumière qui finit par vous brûler et effacé tout vos espoirs avec vous. Mais, la vampire ne pouvait être faite de lumière. Bien du contraire. Il s'agissait d'une représentante des ténèbres, de leur éternel grandeur et de ce vide sans fond qui existait en leur sein.

Je la voyais étrangement fixé la lune avant de diriger son regard vers le sous bois. Se fichait-elle de ce que je lui disais où alors est-ce que ses mises en garde étaient vrai ? Je ne savais pas comment réagir ni que dire lorsqu'elle prit à nouveau la parole, comme certaine que rien ne nous entourait. De toute manière, si quelque chose étaient arrivé silencieusement, elle serait la première à le savoir. J'étais bien faible et bien inutile comparé à elle. Je n'avais pas de force surhumaine, j'entendais comme n'importe quel être humain et j'étais loin d'être extrêmement résistant. On pouvait me comparé a une pauvre branche qui se brise alors que malgré sa silhouette toute en finesse et douceur elle s'apparentait à un arbre majestueux et fort. La réponse qu'elle me dit me suffit. Elle utilisait comme gage de sa bonne foi le fait qu'elle ne m'avait pas tué et qu'elle ne semblait nullement le faire. Même si en plein jour et à la clarté d'un esprit dépouillé de tout brouillard, j'aurais trouvé la chose étrange. Ca me suffisait. Je ne répondis rien, ne préférant pas m’avancé dans une mauvaise direction. Seulement elle m’offrit à faire un choix plus rapidement que ce que je n’avais prévu. M’invitant à marché m’indiquant qu’il était très peu probable que je tienne la longueur jusqu’à chez moi. Mon hésitation fût à peine perceptible. Je croisais son regard avant de lui répondre en m’avançant vers elle :

-On peut dire que je te fais confiance.

Je me retrouvais alors à marché aux côtés d’une vampire. C’était étrange comme chose. Les bois nous couvrirent de leur ténèbres effrayante alors que je n’y voyais plus rien. Je manquais de trébucher et tombé à plusieurs reprise, seulement Katherine veillait au grains. S’assurant dès lors qu’un obstacle apparaissaient sur mon chemin, que je n’ai aucun mal à le passé. Même si ces mots écorchèrent ma bouche, je la remerciais humblement une fois que les premières lumières de la ville nous accueillirent dans la civilisation. Sortant finalement des bois moi toujours aussi mal au point, elle aussi fraîche qu’un gardon. Je me tournais vers elle pour lui demander :

-Vu qu’on se fait mutuellement confiance, pourquoi est-ce que tu semblais sur tes gardes dans la forêt ? Qu’est-ce qui peut obliger un vampire à faire attention ? Sûrement pas un pauvre chasseur à moitié mort.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mer 13 Oct - 14:41

    Je n’aurais jamais cru faire la connaissance d’un chasseur qui voulait la mort de mon espèce avant aujourd’hui. Et surtout qu’il me confie quelques confidences, quelques aventures de son passé qu’il avait temps gardé pour lui depuis beaucoup de temps. Il avait scellé son cœur, sa douleur pour la vengeance contre les vampires. Et malgré tout, cela il se confiait à moi !
    Effacer les souvenirs était un don qu’avaient certains vampires et je le possédais mais ce n’était pas la meilleure façon d’oublier et faire un trait sur son passé car un beau jour, la mémoire revenait et la victime du sortilège souffrait encore plus.

    - On peut dire que je te fais confiance.

    - Merci Ezéchiel pour ta confiance !

    Le regardant en souriant légèrement, je savais que la confiance qui se donnait entre deux personnes était importante et ne devait pas se trahir. En y réfléchissant, j’étais surement la seule à faire confiance à un chasseur mais il avait l’air tellement besoin de parler, d’avoir un soutien que j’avais compatis pour lui. Il devait surement encore se méfier de moi, me prendre encore pour un vampire des ténèbres qui cherche à le manipuler ce qui n’était pas le cas pour l’instant !

    La pleine lune nous éclairé quelque peu le chemin mais cela n’empêchait pas parfois Ezéchiel de s’emmêler dans quelques branches posées au sol. Je ne voulais pas qu’il se blesse davantage qu’il ne l’était déjà donc je décidais de prendre l’initiative de me mettre devant lui pour lui enlever les quelques dangers possible sur le chemin qui nous conduisit au bout de cinq minutes vers l’entrée de la ville où les éclairages m’éclairaient soudainement, lui derrière moi. Même derrière moi, je n’avais pas peur qu’il me fasse quoi que ce soit. Ou même qu’il tente de me tuer.

    - Vu qu’on se fait mutuellement confiance, pourquoi est-ce que tu semblais sur tes gardes dans la forêt ? Qu’est-ce qui peut obliger un vampire à faire attention ? Sûrement pas un pauvre chasseur à moitié mort.

    Me retournant vers lui, surprise, je lui souriais et répondis sans attendre, ni réfléchir à mes propos. Après tout, il pouvait savoir la vérité sur l’existence d’une autre espèce qui était dangereuse aussi les soirs de pleine lune. Encore plus incontrôlable qu’un vampire assoiffé de sang.

    - As-tu déjà entendu parler des loups garous ? Ceux qui se transforment lors de la pleine lune. Et bien cette légende est une réalité de ce monde. Nous ne sommes pas les seuls à venir des ténèbres Ezéchiel !


    Le regardant un moment, en m’interrompant, je repris tout en recommençant à marcher, entendant le léger bruit de mes talons sur le goudron de la route et sa démarche tout juste à côté de moi.

    - Les loups garous ont un seul but ! Tuer les vampires ! Et bien sûr, ils sont incontrôlables.
    Ne te mets jamais entre un loup garou et sa proie, tu pourrais risquer ta vie. C’est pour cette raison que dans la foret, j’étais sur mes gardes. Ils sont assez doués pour surgir à l’improviste crois moi !


    Le scrutant de mon regard brillant, je répondis :

    - Désolé si je t’ai effrayé dans mes paroles ! avec un léger sourire.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Ven 15 Oct - 17:33


Will you catch me, if I'm falling ?

La confiance était une chose que nous devions garder avec soin. Depuis mon enfance mes parents tentèrent de m'inculquer cette notion. Ne pas faire confiance au monsieur âgé qui vous invite à une ballade dans leur voiture. Ne pas faire aveuglement confiance à une personne sans avoir eu ultérieurement la preuve qu'elle était digne de la recevoir. De nos jours, plus qu'à tout autre époque. La confiance était une denrée rare. Tout le monde avait peur d'offrir sa confiance à n'importe qui. Alors, on restait terré au plus profond de nous même. Seul. A espéré trouvé la personne qui nous rendrait cette fois dans l'autre. Seulement il arrivait qu'on la trouve et que par la suite, on la perde. Les lumières de la ville m'éblouirent quelques instants. Après la pénombre des bois je devais désormais affronté la clarté de la ville. Quelque instants mes yeux me firent mal avant de s'habituer. Sans aucun doute, Katherine n'avait pas à subir ces genres de désagrément. Non, absolument pas c'était même un fait. Nous provenions de la même race, seulement elle avait atteint un autre stade. Je n'irais pas jusque dire supérieure. Devenir un monstre ne me faisait absolument pas envie. Et il m'arrivait de me demander si c'était l'envie de l'une oui l'autre personne. Cependant, je devais me rendre à l'évidence que tous n'étaient pas des monstres. Jusqu'à présent, écouté la vampire en face de moi ne m'avait attiré aucun problème. Je n'étais pas étendu au sol la gorge déchiré du sang s'écoulant de mes plaies. Alors, on pouvait dire que je pouvais les tolérés. Dans de certaines limites. Voila pourquoi je lui demandais avec spontanéité et sans arrière pensé, aucune, ce qui avait pu la troublé précédemment. Et pourquoi elle m'avait mise en garde face à je ne savais pas trop quoi.

Alors, lorsqu'elle me parla de légende de loup-garou. J'écarquillais légèrement les yeux alors que mon front se plissait me créant une légère rude de consternation. Croire aux vampires avaient été une chose aisée pour moi. Je l'avais vécu, j'avais une preuve tangible de leur existence. Et sans le savoir j'avais toujours eu les preuves en face de mes yeux. Seulement, j'avais du mal avec les "loups-garous". Ça me paraissait juste totalement fou. Je ne pu y réfléchir plus longuement, car Katherine se mettait en route. Marchant calmement à côté d'elle je réfléchissais aux raisons qui pourrait la poussé à me mentir. Seulement je n'en voyais aucune. Me faire peur ne lui servirait à rien. Alors, je pouvais bien la croire. Dans le calme de la nuit. Nous marchions solitaire tel deux naufragé à travers une ville déserte à cette heure tardive. Les talons de la vampire créaient un bruit régulier qui se faisait rapidement enveloppé par le silence ambiant. Chose assez perturbante pour moi qui avais l'habitude du brouhaha régulier de la ville. Des endroits peuplé, ou même des craquements et autres bruits étrange qui se trouvaient dans la forêt. C'est alors que la belle se remis à parlé. J'écoutais ses conseils comme précédemment, sans pour autant oublier cette légère hésitation qui me caractérisait pour le moment. Je restais cependant silencieux. Méditant ses paroles comme si elle prêchait la bonne parole. Je tenais à ma vie, dans le sens ou je savais que je pouvais accomplir plus vivant que mort et que j'avais encore des choses à faire. Silencieux. Je marchais tranquillement les mains dans les poches, sentant quelques uns de mes muscles me tiré douloureusement à cause de la fatigue. Katherine m'interpella alors s'excusant si elle m'avait effrayé un léger sourire aux lèvres. Tournant mon visage vers le sien je vis l'ombre qui rendait son faciès plus anguleux. Ce qui dans un certain sens ne faisait que rajouté une froideur indépendante de sa beauté. Les cheveux me tombant dans les yeux je lui adressais un léger sourire avant de répondre d'une voix chaleureuse :

-Je n'ai pas peur, mais j'estime que c'est toujours bon à savoir. Plus j'en sais, mieux je peux me préparé, enfin ils n'ont pas l'air commode ces loups-garous.

Continuant à la regardé je ne cessais pas de marché me demandant ce qui m'arriverait si je me retrouvais face à l'un d'eux. A quoi pouvaient ils bien ressembler ? Étaient ils énormes comme on le disait dans les livres ou pareilles à des loups normaux ? Puis comment se transformaient ils ? A la pleine lune, enfin que ce passait il lors de leur transformation ? Une foule de question se bousculaient dans ma tête alors que je me rendait compte qu'elle venait de m'offrir une information qui pourrait influer énormément sur mon futur. Un homme avertit en valait deux. Et il me fallait être plus que doublement avertit pour pouvoir survivre dans ce monde qui devenait de plus en plus fou.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine Pierce

Aimer c'est avant tout prendre un risque.
avatar

Sexe : Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : New York !

MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   Mer 20 Oct - 9:30

    L’informer de cette espèce lui serait surement bénéfique s’il venait à être pris sur le fait face à loup garou. Ils étaient instables, terrifiants même. Je n’osais imaginer ce qu’ils provoqueraient face à un humain enfin si je l’imaginais très bien mais ce n’était pas une image très convenable mais plutôt effrayante. Cela m’était arrivé un jour de tomber sur un des leurs et heureusement pour moi, mon agilité et ma vitesse m’avait avantagé sur lui. Mais, lui Ezéchiel n’étant pas aussi rapide que moi, pourriez t-il être en danger face à cela ? Où se défendra t-il aisément ?

    Malgré tout je n’étais pas sans cœur et si j’assistais à ce combat, je ne le laisserais pas se faire massacrer par cette créature. Il ne le méritait pas et surtout il me servirait dans mon échiquier de stratégie donc il ne fallait en aucun cas qu’il perde la vie.

    Sa voix me fit sortir de mes songes, de ma réflexion.

    - Je n'ai pas peur, mais j'estime que c'est toujours bon à savoir. Plus j'en sais, mieux je peux me préparé, enfin ils n'ont pas l'air commode ces loups-garous.


    - Il suffit juste de savoir mener le combat contre eux et surtout ne pas se faire avoir par surprise. C’est la règle essentielle ! Mais ne t’inquiètes pas, je ne pense pas qu’il y en est par ici sinon je les aurais déjà remarqué.

    Lui souriant, son visage cachée par quelques mèches de ces cheveux, je continuais à marcher d’une démarche féminine et sans bruit à côté de lui. Je réfléchis à ce que j’étais en train de faire ! Comment pourrais-je encore manipuler, convaincre après toutes ces années d’attente. J’étais une reine de la manipulation comme certains pensaient mais était ce vraiment ce que je voulais encore à présent ? Mon esprit embrouillé, l’humain était surement pour quelque chose. Face à lui, je me sentais confuse. Ces propos, son obstination à vouloir réussir me fascinait quelque part.

    - Tu sais Ezéchiel, mon monde est différent du tien. Il faut faire attention où tu mets les pieds. Tu me promets que tu te sauveras si un jour tu devais rencontrer par mégarde un loup garou. Ne te mets pas en danger d’accord ?

    M’arrêtant net, me trouvant face à lui, j’attendais sa réponse puis me retournant, je vis que nous nous trouvions face à une maison qui semblait silencieuse. Aucun bruit n’était présent dans la maison. Le regardant avec un sourire, je répondis, l’interrompant dans sa réflexion sans aucun doute.

    - Tu habites ici ? pointant mon doigt à moitié en face de nous.

    Voyant son regard sur moi, il acquiesçait et je le suivis jusqu’à l’entrée de l’encadrement de la porte. Scrutant ses moindres gestes, il ouvrit la porte. Cette force je l’a connaissais que trop bien au fur et à mesure de ma vie d’immortelle. Cette force était là pour protéger les humains de notre espèce, que nous n’entrions pas dans leur maison sans leur autorisation. Mais cette magie ne nous interdisait pas de ne pas demander l’autorisation ou d’hypnotiser nos victimes pour avoir ce que nous désirions. C’était agaçant mais il fallait bien demander pour pouvoir passer la porte.

    Après tout ces chasses pour tuer les vampires, il devait savoir qu’il fallait nous inviter à entrée afin que nous puissions passer la porte. N’essayant même pas de passer, j’attendais qu’il parle ou qu’il agisse. A ce moment là, je ne pensais pas qu’il me laisserait rentrer chez lui, surtout de la part d’un chasseur qui voulait tuer toute l’espèce des vampires. Regardant son visage, il devait encore souffrir de ses blessures. C’était embêtant de voir ça, son adorable odeur de sang me parvenait jusqu’à mes narines et je n’avais même pas le droit d’y gouter. Soupirant doucement, je pensais que c’était bien dommage pour lui de ne pas être immortel, un si beau jeune homme. Mais il avait fait son choix et ce n’était même pas la peine de demander de l’aider à cicatriser ces blessures sinon la confiance que nous nous étions échangés serait un échec dès le commencement.

Revenir en haut Aller en bas
http://eternal-cullen.forumtwilight.com/forum.htm
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Who are you ? [Katherine]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who are you ? [Katherine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries in New York :: Corbeille :: Corbeille
-
Sauter vers: